Mon. Jul 6th, 2020

Le MENFP fait le point sur ses actions par rapport au COVID-19

Éducation/Partenariat/Réunion virtuelle
Le MENFP fait le point sur ses actions par rapport au COVID-19
À la satisfaction des partenaires de divers horizons, le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) a présenté un bilan des actions en cours dans le cadre de son Plan de réponse par rapport au COVID-19. La poursuite des activités d’apprentissage, les examens d’Etat, la relance des activités scolaires ont été notamment au centre des discussions d’une réunion virtuelle, tenue ce jeudi 24 avril 2020, sous la présidence du Ministre Pierre Josué Agénor CADET.
Les représentants des partenaires techniques et financiers (PTF), des ONG œuvrant en éducation, des associations socio professionnelles, des syndicats d’enseignants, des directeurs techniques et départementaux du MENFP, inspecteurs généraux de l’éducation, d’anciens ministres et directeurs généraux, des spécialistes en éducation, directeurs généraux du ministère et de l’ONAPE, la secrétaire d’Etat à la Formation, ont pris part à cette importante rencontre virtuelle portant sur le plan de réponse du MENFP par rapport au COVID-19, notamment les actions en cours pour la poursuite des activités d’apprentissage et les perspectives pour les examens d’Etat.
Il s’agit d’une grande première dans le contexte de la pandémie du nouveau Coronavirus où le secteur de l’éducation est très affecté avec l’arrêt des activités scolaires, depuis le 20 mars écoulé et le confinement.
Organisée à l’initiative du ministre CADET, cette rencontre a réuni plus d’une centaine de partenaires et d’acteurs qui ont répondu positivement à cette invitation du MENFP.
Basées à l’Inspection générale de l’éducation, les principales autorités du ministère, Ministre, directeur et coordonnateur de cabinet, directeur général du MENFP, directeur général de l’ONAPE, ont pris le temps d’expliquer, en ligne, aux représentants de la communauté éducative et des PTF, les actions engagées sur les plans conjoncturel et structurel au niveau du secteur éducatif.
Saluant et remerciant tous les partenaires et acteurs qui participaient à cette visio-conférenc
e, le ministre CADET a tenu à souligner que cet exercice vise à rendre compte à toute la communauté éducative et aux partenaires des actions initiées par le ministère, particulièrement en réponse au COVID-19 Il s’agit aussi, a indiqué le numéro Un du MENFP, de recueillir les points de vue des partenaires et acteurs sur ledit plan.
Le MENFP demeure persuadé, a estimé le ministre CADET, que le partenariat (la collaboration et l’implication de toutes et de tous) est la stratégie clé en vue d’atteindre les objectifs en matière d’éducation, surtout en cette période particulière avec la crise sanitaire liée au COVID-19 entrainant une crise socio-économique encore plus difficile.
Abondant dans le même sens, le directeur général de l’Office national du partenariat en éducation (ONAPE), Délima Pierre, se réjouit de cette initiative du MENFP en soulignant l’importance du partenariat et le rôle joué par l’ONAPE en ce sens. Il évoque notamment la contribution forte de son institution à deux dossiers à introduire au niveau du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) –un dossier de 3, 3 millions de dollars et un autre de 10 millions- en appui au secteur de l’éducation après la période peyi lòk et surtout avec la pandémie. Ces dossiers sont dans une phase avancée, a-t-il précisé. Il dit espérer relancer bientôt d’autres dossiers sur les grands chantiers en éducation avec les acteurs de manière à avoir leur contribution.
Concernant l’appui de 10 millions du PME pour lequel une demande a été soumise par le ministre CADET auprès de cette institution qui sera suivi sous peu de la requête après l’avis du Groupe sectoriel de l’éducation, le directeur du cabinet a tenu à nuancer. Cet apport, a-t-il fait remarquer, fait partie d’une contribution de 250 millions de dollars du PME pour lutter contre le COVID-19 à plusieurs pays en développement dont Haïti. Ce n’est pas totalement garanti, selon lui, sauf si l’on fait partie des premiers arrivés et des premiers servis au niveau du PME. Il reconnait cependant qu’Haïti est bien positionné.
Jacques Yvon Pierre, coordonnateur technique au cabinet, a insisté pour sa part sur l’approche inclusive de la démarche dans les dossiers préparés par le MENFP, en tenant compte des commentaires de tous les acteurs et partenaires. Le mécanisme partenarial qui doit formaliser la collaboration public-privé est en construction et sera finalisé très prochainement, selon M. Pierre.
Concernant le volet relatif à la poursuite des activités d’apprentissage, le directeur de communication du ministère, Miloody Vincent, a rappelé les deux volets de cette action, à savoir la mise en place de la Plateforme numérique de ressources éducatives et d’apprentissage dénommée « PRATIC ».et les cours audio-visuels qui seront diffusés sur les stations de radios et de télévision à Port-au-Prince et dans les régions. Il salue déjà l’appui de la Banque mondiale et de la BID à cette initiative voulue par le ministre CADET pour éviter toute rupture d’apprentissage et continuer à accompagner les élèves qui sont confinés chez eux.
Invité à présenter la Plateforme numérique, Ralphson Pierre, directeur de l’Unité des technologies en information et de la communication en éducation (UTICE) a fait le point sur le travail réalisé à date sur le montage de cet outil pédagogique et les utilitaires déjà mis en place, du préscolaire au professionnel en passant par le fondamental et le secondaire. La Plateforme est en construction et se renforce progressivement, a indiqué le directeur de l’UTICE. Les cours dispensés par les enseignants pour les différents niveaux seront postés au fur et à mesure, a-t-il ajouté, en notant que l’outil sera lancé d’ici demain vendredi 24 avril. Il faut aussi souligner que tous les contenus sont validés par les directions techniques d’enseignement avant la mise en ligne.
Pour ce qui concerne les examens d’Etat, le directeur général du ministère, Dr Meniol JEUNE, indique que ce sera une année particulière, vu l’ensemble des difficultés rencontrées. Les examens qui devraient avoir lieu, à la reprise de l’année scolaire, après avis des scientifiques, porteront sur les programmes à compétences minimales, a informé le DG.
A ce sujet, le ministre CADET souligne que le ministère travaille sur plusieurs scénarios. On espère, à la fin de la période d’études, indiquer aux candidats les chapitres clés sur lesquels porteront les épreuves officielles, à l’instar d’autres pays. Ceci facilitera le travail de révision de l’élève qui sera mieux orienté, selon lui, à quelques jours des examens officiels.
Pour le moment, a insisté le directeur de communication, le ministère n’est pas en mesure de préciser à quel moment se fera la reprise des activités scolaires. Tout dépendra de l’évolution de la pandémie et en regard du comportement responsable de toutes et de tous qui permettra de réduire l’impact de la maladie. La commission scientifique mise en place devra alimenter le MENFP et le gouvernement pour cette prise de décision. Mais ce qui est clair, comme l’a souligné le ministre de l’Education nationale, les directeurs techniques sur instructions du ministre, notamment la direction de la planification, envisagent plusieurs options pour la reprise des activités scolaires, suivant l’évolution de la situation.
Par rapport au Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF), le ministre CADET en a profité pour faire un point sur le degré d’avancement du processus. Adler Camilus, membre du Comité d’élaboration du PDEF et membre du cabinet du ministre, a évoqué la finalisation des programmes et sous programmes prioritaires de ce Plan, une étape cruciale pour la finalisation du PDEF qui devrait être bouclée sous peu. Une présentation est envisagée à l’endroit de toute la communauté éducative en ce sens. S’en suivra l’étape de la validation sociale du document par tous les acteurs, avant sa mise en œuvre, promet le directeur général de l’ONAPE qui suit de près les étapes déjà franchies.
Plusieurs participants qui ont pu prendre la parole au cours des discussions, notamment les ex-ministres Nesmy Manigat et Charles Tardieu, la directrice du consortium du secteur privé de l’éducation, Caroline Hudicourt, le professeur Roody Edmé, un représentant de l’UNICEF, Brice Saintil, le professeur Roller St Pierre, Guichard Doré, Conseiller à la Présidence, ont salué cette initiative du MENFP et ont souhaité d’autres actions complémentaires, entre autres des réunions de suivi, sur les grands chantiers d’éducation. Le partenariat public-privé est incontournable pour réussir, selon eux, et on ne peut en faire l’économie.
Ils disent espérer, en ce sens, que le MENFP entamera sous peu d’autres discussions sur chaque aspect des grands dossiers relatifs au Plan de réponse COVID-19 en vue d’apporter leur contribution à cette démarche.
Mettant fin à la séance au bout de deux heures, le titulaire du MENFP, Pierre Josué Agénor CADET, dit bien accueillir ces suggestions en renouvelant la volonté du ministère d’œuvrer, en partenariat avec tous les acteurs, en vue de refonder le secteur éducatif et d’atteindre les objectifs fixés pour la réussite des projets de réforme en cours et du Plan de réponse du MENFP par rapport au COVID-19.
Bureau de communication/ MENFP

 61 total views,  1 views today

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

ut et, libero suscipit eleifend sit
Open chat
%d bloggers like this: